Actions smallcap : nouvelle bulle ? Pourquoi les actions des petites capitalisations et des PSU rebondissent-elles fortement par rapport aux plus bas du 4 juin ? Ashwini Agarwal répond

Actions smallcap : nouvelle bulle ?  Pourquoi les actions des petites capitalisations et des PSU rebondissent-elles fortement par rapport aux plus bas du 4 juin ?  Ashwini Agarwal répond
Selon Ashwini Agarwal, fondateur de Demeter Advisors, le marché est redevenu un marché très ascendant. Bien sûr, certains thèmes sont en cours, comme le PSU, la défense, les chemins de fer et comme je l’ai dit, à mon avis, c’est une bulle et personne ne sait combien de temps elle durera ou quelle sera son ampleur. Mais en dehors de cela, dans de nombreux endroits, nous constatons des perspectives raisonnables.

La configuration du marché est absolument fascinante ! Qui aurait cru que parmi toutes les actions, les PSU et les actions à petite capitalisation rebondiraient de 15 à 20 % par rapport aux plus bas du 4 juin ? Pourquoi cela se produit-il ?
Ashwini Agarwal : Il s’agit donc d’une combinaison de ceux qui dirigent le marché et du fait qu’il y a eu très peu d’offre et, bien sûr, couplé aux commentaires du nouveau gouvernement selon lesquels la situation sera plus ou moins la même que celle que nous avons vue dans le passé. politique précédente. De toute évidence, le gouvernement s’efforce de stimuler les investissements et la relance de l’industrie de la défense et de poursuivre les opportunités d’exportation, ce qui enthousiasme les investisseurs.

Débloquez l’excellence en leadership avec une gamme de cours CXO

Collège offrant Cours Site web
IIM Lucknow Programme du chef de la direction Visite
IIM Lucknow Programme de directeur des opérations Visite
École indienne de commerce Directeur du numérique du BSI Visite

Il y a très peu d’offre. J’aurais imaginé qu’au vu de ces valorisations dans le secteur des PSU, le gouvernement pourrait vouloir augmenter ses objectifs de désinvestissement. Mais nous n’avons pas vu cela au cours du dernier exercice financier, et je ne sais pas si le gouvernement envisage de le faire financièrement ou non. Mais honnêtement, les valorisations sont assez époustouflantes. Quelle que soit la façon dont vous l’analysez, je n’arrive pas à admettre que les valorisations laissent place à une hausse. Mais comme nous le savons tous, les bulles ont leur propre esprit et les bulles peuvent devenir beaucoup plus grosses avant d’éclater. Alors, qui sait ? Il peut y avoir beaucoup d’avantages.Vous étiez présent à l’événement. Chaque récit était centré sur la visibilité de la croissance – que ce soit de RBI, SBI, Puneet Chhatwal, Manish Chokhani, ou de tous les acteurs du marché à qui nous avons parlé. Alors, si la croissance semble si solide et si nous nous attendons à d’autres surprises sur le front des bénéfices, alors pourquoi s’inquiéter des bulles et des valorisations ?
Ashwini Agarwal : Donc, vous avez raison. Si vous vous souvenez de notre dernière conversation début mai, mon point de vue était également qu’il n’y avait vraiment aucun nuage à l’horizon et cela a été réitéré lors du conclave ET Now hier soir, où le gouverneur de la RBI et le président de la State Bank of India étaient à peu près dit la même chose. Alors oui, l’Inde est prête à connaître une croissance. Les bénéfices des entreprises semblent plutôt sains. Il n’y a aucune tension sur les bilans des entreprises ou des banques. L’inflation est un peu inquiétante, mais j’espère que le pire est derrière nous, comme l’a dit le gouverneur de la RBI.

Il n’y a donc aucune raison de s’inquiéter. Je suis d’accord avec vous sur ce point et, bien sûr, les bulles comme je l’ai dit peuvent devenir beaucoup plus grosses avant d’éclater. Mais le fait est que l’histoire me dit, et je remonte à 1999-2000, je remonte à 2007-2008, je remonte à 2017, que la plus grosse erreur que je puisse commettre en tant qu’investisseur est de payer trop cher au point d’entrée. Si vous payez trop cher pour une action au point d’entrée, les chances que vous perdiez de l’argent ou que vous ne gagniez pas d’argent sur une longue période deviennent plus élevées. Je ne dis donc pas que vous n’avez pas d’opportunités d’investissement sur ce marché. Tout ce que je dis, c’est qu’il existe certaines poches du marché qui connaissent des conditions euphoriques et où les investisseurs doivent être un peu prudents car les valorisations ne soutiennent pas le cours des actions.

Qu’est-ce qui pourrait faire éclater la bulle ? Je suppose que le prochain événement auquel le marché va prêter attention sera le budget de l’Union, le premier de l’écurie Modi 3.0. Et je regarde simplement certains points de données. Les plus-values ​​à long terme ainsi qu’à court terme constituent la catégorie de revenus à la croissance la plus élevée ces dernières années. Alors que le marché craint que cet espoir ne soit laissé intact, quelles sont vos attentes ?
Ashwini Agarwal : Vous voyez, je ne sais pas. Je ne sais pas ce que le gouvernement envisage de faire, car si vous vous souvenez, le secrétaire aux Finances et le ministre des Finances ont fait des commentaires plus tôt dans l’année selon lesquels il fallait rationaliser l’impôt sur les gains en capital dans toutes les catégories d’actifs et peut-être devraient-ils être ramenés à une plate-forme commune. Maintenant, qu’est-ce que cela signifie? Je n’ai aucune idée. Parce que je n’ai pas la répartition des montants que le gouvernement perçoit, par exemple, sur les plus-values ​​immobilières ou, par exemple, sur les plus-values ​​de la vente d’or. Donc, je pense que A) le gouvernement voudrait que la rationalisation qu’il propose soit créatrice de revenus ou au moins neutre en termes de revenus. Donc, sur ces choses, je n’ai pas les données nécessaires pour faire une supposition éclairée. Voyons donc si cela se produit cette fois-ci ou non. Un grand changement est que contrairement au gouvernement précédent, ce gouvernement a des partenaires de coalition et il devra impliquer les partenaires de coalition avec lui s’il devait proposer un changement important au régime d’imposition des plus-values ​​et aussi que les élections dans l’État du Maharashtra approchent. donc, je ne sais pas si le gouvernement est prêt à le faire maintenant ou s’il attendra encore un an. Alors oui, c’est un risque et c’est un événement à surveiller, mais je ne sais pas très honnêtement comment me positionner face à cela.

Comprenons également quelles sont les perspectives en ce qui concerne l’ensemble des espaces qui commandent des valorisations assez élevées, par exemple, qu’il s’agisse de produits de grande consommation ou de produits pharmaceutiques et on pourrait imaginer que lorsque le marché connaît un peu de volatilité, ce sont les espaces à privilégier. amortissez votre volatilité, mais comment considéreriez-vous les mouvements que nous avons observés dans l’espace, les valorisations qu’ils commandent ?
Ashwini Agarwal : Je pense donc que le discours sur la demande rurale semble plutôt optimiste par rapport à ce que nous avons vu au cours des deux ou trois dernières années. Je veux dire, être optimiste quant à la demande rurale ne signifie pas qu’elle va être un succès retentissant. Mais le type de croissance à un chiffre que nous avons constaté dans les revenus des marques de consommation, par exemple, pourrait être un peu meilleur, peut-être à un chiffre ou au début de l’adolescence.

L’environnement des marges est plutôt favorable depuis quelques trimestres déjà. Nous pourrions assister à une reprise de la croissance des bénéfices dans le secteur de la consommation. Ce que vous dites est exact, à savoir que certains noms de sociétés de consommation sont en fait assez chers, mais si vous regardez un peu plus en profondeur, il existe quelques actions qui offrent de la valeur. Donc, ma suggestion ou du moins ce que je fais, je ne peux faire aucune suggestion, ce que je fais, c’est chercher plus profondément pour trouver où je peux obtenir une certaine croissance et à une valeur raisonnable. C’est une histoire similaire pour les produits pharmaceutiques et pharmaceutiques, à la fois les ventes au détail se portent bien et la pression sur les prix des génériques sur le principal marché des entreprises indiennes, à savoir les États-Unis, est plus bénigne que ce que nous avons vu au cours des trois dernières ou quatre années.

Donc là encore avec un filtre de valorisations je peux voir des opportunités. Mais je pense qu’à mon avis, l’une des grandes opportunités se trouve en fait dans le secteur bancaire, qui n’a pas fait aussi bien que plusieurs autres secteurs au cours des 12 à 18 derniers mois et je pense que l’environnement y est très très favorable. Je veux dire, le président du SBI l’a également dit lors de votre conclave hier soir. Cela pourrait être un autre espace où l’on peut rechercher des idées dont les valorisations sont en réalité tout à fait raisonnables.

Dans le même ordre d’idées, où trouvez-vous actuellement un confort de valorisation et diriez-vous que les banques privées sont la seule poche à l’heure actuelle ?
Ashwini Agarwal : Je dirais les banques et les NBFC. Je pense qu’il existe des PSU et des sociétés privées, ainsi que certaines NBFC, c’est un domaine dans lequel je trouve un degré raisonnable de confort en matière d’évaluation. Je pense qu’il existe tout un tas d’actions dans différents secteurs. Je pense qu’il y a une croissance raisonnable dans les produits chimiques, les engrais, les produits agrochimiques, les produits pharmaceutiques, certains noms de produits de consommation, certains noms de fabrication, et vous ne payez pas cher pour la croissance en ce moment. Vous ne payez pas trop cher.

C’est redevenu un marché très ascendant. Bien sûr, certains thèmes sont en cours, comme le PSU, la défense, les chemins de fer et comme je l’ai dit, à mon avis, c’est une bulle et personne ne sait combien de temps elle durera ou quelle sera son ampleur. Mais en dehors de cela, je pense qu’il y a de nombreux endroits où l’on voit des perspectives raisonnables. Cela ne veut pas dire que les marchés ne sont pas chers. Ils se situent un peu au-dessus de la médiane dans une perspective à long terme et qui sait s’il y a un gros choc sur le front des plus-values, nous pourrions assister à une correction. Nous devrons donc gérer toutes ces questions à court terme, tout comme nous avons géré les résultats des élections. Et je pense que d’une manière générale, nous trouvons encore des opportunités sur une base ascendante, c’est ce que je dirais, mais sur le plan sectoriel, ce sont quelques-uns des secteurs que j’aime.