Apple conclut un accord avec l’UE pour ouvrir le système de paiement mobile à ses concurrents

Apple conclut un accord avec l’UE pour ouvrir le système de paiement mobile à ses concurrents

Le drapeau de l’Union européenne affiché sur l’écran d’un téléphone portable devant le logo Apple le 2 juillet 2024.

Anadolu | Anadolu | Getty Images

LONDRES — Les régulateurs antitrust de l’UE ont accepté jeudi les engagements de Pomme pour permettre à ses concurrents d’accéder à sa technologie de paiement « tap and go », mettant ainsi fin à une enquête de quatre ans.

“La Commission a décidé d’accepter les engagements proposés par Apple. Ces engagements répondent à nos inquiétudes préliminaires selon lesquelles Apple pourrait avoir illégalement restreint la concurrence en matière de portefeuilles mobiles sur les iPhones”, a déclaré la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager lors d’une conférence de presse.

L’UE a officiellement lancé une enquête antitrust concernant Apple Pay en 2020. L’enquête a examiné les conditions générales fixées par Apple pour l’intégration d’Apple Pay dans les applications et les sites Web, ainsi que les préoccupations concernant la technologie Tap and Go et les refus présumés d’accès à Apple Pay.

En 2022, la Commission européenne a estimé qu’Apple Pay pouvait restreindre la concurrence car il s’agissait de la seule option disponible pour les utilisateurs d’iPhone. Apple a depuis proposé plusieurs engagements pour répondre à ces préoccupations et a proposé en janvier de donner à ses concurrents l’accès à sa technologie de paiement sans contact et de portefeuille mobile.

Vestager a déclaré que la Commission européenne avait testé les engagements d’Apple sur le marché en janvier et février pour recueillir des commentaires sur les propositions et procéder à une évaluation.

La Commission a déclaré qu’elle avait désormais conclu que les engagements définitifs d’Apple répondaient aux préoccupations concernant les restrictions imposées par le géant de la technologie à l’accès de tiers à sa technologie de paiement « tap and go » et que les changements étaient devenus juridiquement contraignants pour Apple.

Apple n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaire de CNBC.

Cette information de dernière minute est en cours de mise à jour.