Début difficile des négociations de coalition pour les centristes d’Emmanuel Macron

Début difficile des négociations de coalition pour les centristes d’Emmanuel Macron

Les centristes du président Emmanuel Macron ont connu un début difficile dans leur tentative de forger une coalition gouvernementale au Parlement français, alors que des alliés potentiels les ont repoussés et que des fissures sont apparues au sein de son propre camp.

Macron et les chefs de file de son alliance Ensemble estiment qu’aucun parti ou bloc n’a remporté suffisamment de sièges lors des élections anticipées de dimanche pour former seul un gouvernement. Ils se présentent comme un élément crucial de tout futur gouvernement malgré la perte d’un tiers de leurs députés.

« Nous sommes bloqués pour l’instant, mais c’est parce que nous sommes les seuls adultes dans la salle », a expliqué un responsable proche d’Ensemble. « La gauche se comporte comme des enfants et pense pouvoir faire cavalier seul. Nous avons plus de chance de parler à ceux de notre droite, mais ils sont divisés entre eux, donc c’est la confusion. »

Macron lui-même s’est inhabituellement éloigné de la scène publique ces derniers jours, laissant aux dirigeants des partis le soin de sortir de l’impasse politique laissée par les résultats chocs dans un pays sans tradition de formation de coalition.

Les électeurs ont élu une Assemblée nationale divisée en trois blocs, un résultat sans précédent dans la France d’après-guerre, puisqu’il n’y a jamais eu d’élections où il n’était pas clair après coup qui gouvernerait.

Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, allié de longue date de Macron et chef de son parti Renaissance, a appelé dans une tribune du Monde la « gauche modérée », les indépendants et le parti de centre-droit Les Républicains à venir à la table des négociations.

« Une autre voie est possible », a-t-il écrit. « Une voie dans laquelle, par le dialogue et le compromis, nous pouvons créer un gouvernement et une feuille de route pour la France. »

Macron a joué la montre cette semaine en maintenant le gouvernement intérimaire actuel et le Premier ministre Gabriel Attal en place pendant que les négociations entre les partis se déroulent.

Mais les initiés admettent que ni les LR, qui comptent 39 sièges, ni les socialistes et les Verts de centre-gauche ne jouent le jeu pour l’instant. Les partis de centre-gauche font partie du bloc de gauche du Nouveau Front populaire, arrivé en tête avec 180 sièges, et leurs dirigeants sont engagés dans des négociations séparées pour négocier la présentation d’un candidat commun au poste de Premier ministre.

Le NFP a accentué mardi la pression sur Macron, en déplacement aux Etats-Unis pour un sommet de l’Otan, pour lui donner le droit de former un gouvernement, vu qu’il a obtenu le plus de sièges. “Macron perd du temps et bloque la situation parce qu’il veut rester au pouvoir le plus longtemps possible”, a déclaré Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise.

La Constitution ne précise pas comment le président désigne un Premier ministre et ne fixe aucun calendrier, mais il est d’usage de demander au parti comptant le plus de députés de former un gouvernement.

Une majorité de Français, soit 61 %, estime que le pays ne peut être gouverné que si les forces politiques s’unissent au sein d’une coalition, selon un sondage Harris réalisé dimanche et lundi.

Pour Macron, les choses sont encore compliquées par le fait que des fissures sont apparues au sein de son alliance centriste, composée de son parti, Renaissance, du Modem de François Bayrou et d’Horizons de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe.

Beaucoup de députés centristes réélus sont en colère contre Macron pour avoir dissous le Parlement et sont moins enclins à suivre les instructions venant de l’Élysée.

« Avant, le groupe du président fonctionnait en bloc et ses membres se sentaient redevables envers lui », a déclaré un membre de son équipe. « Maintenant, c’est chacun pour soi. »

Edouard Philippe
Candidat à la présidentielle, l’ancien Premier ministre Edouard Philippe a pris ses distances avec Macron ces dernières semaines © Lou Benoist/AFP/Getty Images

Alors que le dernier mandat de Macron se termine en 2027, plusieurs personnalités de son camp cherchent également à faire avancer leurs ambitions présidentielles.

En tête dans les sondages, Attal semble désireux de reprendre le flambeau du leader centriste au Parlement et préférerait un rapprochement avec la gauche modérée.

Un autre acteur clé dans les coulisses est Julien Denormandie, ancien ministre de l’Agriculture et allié de longue date de Macron, ont déclaré deux sources proches du camp du président. Il a contribué à planifier la dissolution, a fait appel à des personnalités de centre-gauche pour tenter de les éloigner du NFP en vue d’une éventuelle coalition, et pourrait même être dans la course pour devenir Premier ministre.

« La vraie question est de savoir si Ensemble peut tenir », a déclaré cette source. « Il y a un désordre total à l’Assemblée nationale parce que derrière la façade des blocs du centre et de la gauche se cache aussi une fragmentation en leur sein. »

D’autres membres d’Ensemble sont favorables à un accord avec la droite, soulignant que les électeurs ont penché vers la droite au fil des ans. Bien que privé de la première place conquise au premier tour des élections anticipées, le Rassemblement national de Marine Le Pen a obtenu 143 sièges, soit la plus grande cohorte de députés de son histoire.

Un homme politique plus conservateur et plus libre au sein d’Ensemble est Philippe, qui a publiquement exhorté son groupe à négocier avec le parti de centre-droit LR, mais à exclure le parti de Le Pen, plutôt que de s’allier à la gauche.

Ensemble et LR “auraient 220 sièges, donc plus que le NFP”, a-t-il déclaré mardi soir sur TF1. Candidat à la présidentielle, Philippe a également pris ses distances avec Macron ces dernières semaines, son parti Horizons faisant campagne sans aucune image suggérant qu’il fait partie de l’alliance centriste du président.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, ancien membre du LR (extrême droite), multiplie les démarches téléphoniques pour débaucher des députés de son ancien parti, a indiqué un proche du président. Darmanin nourrit l’ambition de devenir Premier ministre dans une coalition plus à droite.

Mercredi sur CNEWS, Darmanin a déclaré qu’une “alternative au NFP était nécessaire”, et que pour rendre possible un rapprochement avec les conservateurs LR, il accepterait un Premier ministre issu de leurs rangs.

Signe de sa détermination à ne pas accepter un gouvernement du bloc de gauche, il a promis de « rejeter immédiatement tout gouvernement comprenant LFI ».

Gérald Darmanin
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, à l’avant-plan, nourrit l’ambition de devenir Premier ministre dans une coalition plus à droite © AFP/Getty Images

Bayrou, un autre dirigeant centriste qui souhaite construire une coalition plus large de la gauche modérée à la droite, a critiqué Philippe et Darmanin, affirmant que ce serait une grave erreur de créer un gouvernement qui « ne servirait qu’une moitié du pays contre l’autre ».

Alors que les retombées de l’élection se font sentir, Macron, habituellement loquace, ne s’est pas encore exprimé publiquement.

Un responsable de l’Elysée a déclaré qu’en l’absence d’une majorité claire, il était important de laisser du temps aux négociations. “Le président est le garant des institutions françaises, il doit donc trouver un Premier ministre (et un gouvernement) qui puissent survivre”.

Vidéo : Pourquoi l’extrême droite monte en puissance en Europe | FT Film