« Il s’agit d’un cas de dark patterns et de la manière dont ils peuvent influencer la conduite des entreprises numériques », déclare le président de la CCI

« Il s’agit d’un cas de dark patterns et de la manière dont ils peuvent influencer la conduite des entreprises numériques », déclare le président de la CCI

Soulignant les inquiétudes concernant les implications antitrust de l’intelligence artificielle, la présidente de la Commission de la concurrence de l’Inde (CCI), Ravneet Kaur, a noté vendredi qu’il existe des inquiétudes concernant les modèles sombres et les faux profonds.

« Il y a aussi le cas des tendances sombres et de la manière dont elles peuvent influencer la conduite des entreprises numériques et de la manière dont les gens peuvent être conditionnés à faire certains choix. Cela pourrait donc avoir des implications sur la concurrence. Nous pourrions avoir une collusion algorithmique comme une autre forme de collusion, qui peut être anticoncurrentielle », a déclaré Kaur lors d’un événement organisé par la Chambre de commerce et d’industrie PHD.

La CCI a récemment lancé un appel d’offres pour recruter une agence chargée de réaliser une étude de marché sur l’IA et la concurrence. Kaur a déclaré que la CCI finaliserait sous peu le partenaire de mise en œuvre tiers pour faire avancer l’étude.

Les dark patterns désignent toutes les pratiques ou modèles de conception trompeurs utilisant l’interface utilisateur ou les interactions d’expérience utilisateur sur n’importe quelle plateforme, conçus pour tromper les utilisateurs ou les inciter à faire quelque chose qu’ils n’avaient pas l’intention ou ne voulaient pas faire à l’origine.

Pour protéger les consommateurs contre de telles pratiques, l’Autorité centrale de protection des consommateurs, relevant du ministère de la Consommation, avait, en novembre de l’année dernière, notifié des lignes directrices pour la prévention et la réglementation des modèles sombres.

Par ailleurs, s’adressant à la conférence, Kaur a également déclaré que la CCI notifierait prochainement les dispositions relatives aux modifications des règles de concurrence. Il s’agirait notamment de modifications du canal vert ou de la voie automatique d’approbation par la CCI pour les fusions et acquisitions (M&A), exemption de minimis, et quelques réglementations. “Ils sont à un stade très avancé avec un processus de consultation très détaillé l’année dernière”, a déclaré Kaur. Celles-ci font suite à la promulgation de la Loi modifiant la Loi sur la concurrence de 2023 en avril de l’année dernière.

Après avoir reçu la notification des dispositions relatives à la réduction du délai d’approbation des fusions et acquisitions par la CCI, Kaur a également cherché à renforcer la coopération des chambres industrielles et des autres parties prenantes pour respecter le délai. Le délai a désormais été réduit de 210 à 150 jours. « Je pense qu’au sein de la Commission de la concurrence, nous devons collaborer avec les chambres industrielles et les autres parties prenantes, car le délai plus court signifie également que nous avons besoin d’une plus grande coopération. Nous avons besoin que les dossiers soient plus complets et que les choses puissent avancer plus vite », a déclaré Kaur.

Kaur a également déclaré qu’à l’avenir, la CCI se concentrera sur deux grands domaines : le plaidoyer et le renforcement des capacités internes.