Introduction en bourse de Hyundai India : les banques qui ont participé à l’introduction en bourse de Hyundai India devraient recevoir le deuxième plus gros salaire du pays avec des frais de 40 millions de dollars : rapport

Introduction en bourse de Hyundai India : les banques qui ont participé à l’introduction en bourse de Hyundai India devraient recevoir le deuxième plus gros salaire du pays avec des frais de 40 millions de dollars : rapport
Les banques qui conseillent le constructeur automobile sud-coréen Hyundai dans le cadre de son introduction en bourse en Inde devraient percevoir jusqu’à 40 millions de dollars de frais, ont indiqué trois sources, une aubaine dans un marché où les banques ont généralement du mal à gagner de l’argent étant donné les clients soucieux des coûts et le nombre réduit de grosses transactions.

Il s’agirait du deuxième montant de commissions le plus élevé jamais enregistré pour les banques d’investissement travaillant sur une introduction en bourse en Inde, et cela survient dans un contexte de forte augmentation des transactions sur actions dans le pays, ce qui en fait un point positif dans une Asie par ailleurs morne.

L’unité indienne de Hyundai Motor a déposé ce mois-ci une demande d’approbation réglementaire pour une cotation, qui pourrait être la plus importante du pays et qui verra la société mère sud-coréenne lever entre 2,5 et 3 milliards de dollars pour une valorisation de l’unité pouvant atteindre 30 milliards de dollars.

Hyundai India paiera aux banques, dont JPMorgan, Citigroup et HSBC, 1,3 % de la taille de l’introduction en bourse, ont déclaré les sources, qui ont une connaissance directe des discussions sur l’accord, sous couvert d’anonymat car les négociations sont confidentielles.

Citi et JPMorgan ont refusé de commenter, tandis que Hyundai India et HSBC n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. Cela se traduit par 40 millions de dollars pour une seule transaction dans la partie supérieure de la taille de la transaction, ce qui en fait le deuxième meilleur salaire pour les banques après l’introduction en bourse de la société fintech indienne Paytm en 2021 qui a rapporté 44 millions de dollars pour ses sept conseillers, selon les données de Dealogic. Les banques indiennes perçoivent entre 1 et 3 % de la taille d’une introduction en bourse sous forme de frais, les transactions plus importantes donnant plus de pouvoir de négociation aux émetteurs. Une introduction en bourse d’une valeur d’environ 3 milliards de dollars permettrait aux banques de New York de gagner entre 3 et 3,5 % de frais, tandis qu’elles pourraient atteindre 2 à 3 % à Hong Kong. Historiquement, la plupart des grosses transactions d’actions en Inde provenaient de sociétés publiques qui, disent les banquiers, offrent des frais très bas.

Les banquiers occidentaux se plaignent en privé du faible potentiel de revenus du marché indien, mais ils s’attendent à ce que cela change dans les années à venir avec l’augmentation du montant des transactions et des frais.

Un paiement de 40 millions de dollars provenant de l’introduction en bourse de Hyundai en Inde représenterait un quart des revenus totaux des frais d’introduction en bourse de l’Inde, soit 164 millions de dollars en 2023, selon Dealogic. Les sociétés de courtage indiennes IIFL, Kotak Mahindra et Jefferies étaient en tête du classement des frais d’introduction en bourse du pays l’année dernière, selon les données du London Stock Exchange Group.

Les frais d’introduction en bourse en Inde ont augmenté de 55% pour atteindre 164 millions de dollars l’année dernière, avec un record de 234 sociétés cotées. Les banques de New York ont ​​gagné 890 millions de dollars tandis que les frais d’introduction en bourse à Hong Kong ont totalisé 135 millions de dollars l’année dernière, selon les données de Dealogic.

Pour l’introduction en bourse de Hyundai en Inde, la répartition des frais entre les banques conseillères n’a pas encore été décidée, mais les principaux gestionnaires se taillent généralement la part du lion.

JPMorgan, Citi et HSBC sont les principales banques impliquées dans l’introduction en bourse de Hyundai India, ont indiqué trois sources. Parmi les autres banques participant à l’accord figurent Morgan Stanley et l’indien Kotak, ont-ils indiqué.

Morgan Stanley et Kotak n’ont pas répondu à une demande de commentaires de Reuters.

À 2,5 milliards de dollars, soit la limite inférieure de la taille attendue de l’introduction en bourse de Hyundai India, qui devrait être lancée au second semestre de cette année, les banques finiraient par empocher un total de 33 millions de dollars de frais, ce qui reste le deuxième meilleur frais d’introduction en bourse du monde. pays.

Les banquiers parient sur une augmentation des introductions en bourse de grandes sociétés privées ainsi que des frais de banque d’investissement en Inde au cours des prochaines années, alors que les valorisations augmentent et que les fonds étrangers chassent les actions indiennes dans un contexte économique incertain en Chine.

“Il y a de l’argent à gagner en Inde, et cette introduction en bourse de Hyundai est le début d’un mouvement. De plus en plus de banques mondiales croient qu’il y a une opportunité ici”, a déclaré Utpal Oza, ancien responsable des banques d’investissement en Inde chez Nomura.

Presque toutes les introductions en bourse les mieux rémunérées en Inde ont eu lieu au cours des trois dernières années, selon les données de Dealogic, avec des dizaines de sociétés de capital-risque et de capital-investissement cherchant à être cotées.

Jefferies Financial Group s’attend à ce que les frais de banque d’investissement en Inde augmentent au cours des deux prochaines années à mesure que le nombre de transactions augmente, a déclaré son responsable pays en décembre de l’année dernière.