Joe Biden se présente comme la première femme noire à servir avec un président noir dans une nouvelle gaffe verbale

Joe Biden se présente comme la première femme noire à servir avec un président noir dans une nouvelle gaffe verbale

Dans une récente interview accordée à la station de radio WURD de Philadelphie, le président américain Joe Biden a commis une énième erreur verbale, se présentant par erreur comme « la première femme noire à servir avec un président noir ».

Le président s’est momentanément confondu avec la vice-présidente Kamala Harris en réfléchissant à son mandat de vice-président sous l’ancien président Barack Obama.

Au cours de la même interview, Biden s’est vanté d’avoir nommé la première femme noire à la Cour suprême et d’avoir choisi la première femme noire comme vice-présidente. Il a également fait une déclaration incorrecte au début de l’interview, affirmant qu’il était le premier président élu à l’échelle de l’État du Delaware, ce qui semblait vouloir faire référence au fait qu’il était le premier catholique élu à l’échelle de l’État. Biden a également évoqué l’ancien président John F. Kennedy, qui était également catholique, au cours de la conversation.

Dans un autre discours prononcé le 4 juillet à la Maison Blanche, le président de 81 ans a commencé à parler de l’ancien président Donald Trump, le qualifiant d’« un de nos collègues, l’ancien président », avant de terminer brusquement son récit par « je ne devrais probablement pas le dire, en tout cas ».

Biden a encore trébuché lors d’une apparition dans The Earl Ingram Show, une émission destinée aux auditeurs noirs du Wisconsin, où ses propos sur le vote et une récente décision de la Cour suprême ont semé la confusion. La déclaration du président faisait allusion à la décision de la Cour suprême accordant l’immunité à l’ancien président Trump, soulignant l’importance de respecter le principe américain selon lequel personne n’est au-dessus des lois.

Cette série de faux pas verbaux du président Biden s’ajoute à une série de gaffes, notamment après sa performance médiocre lors du débat présidentiel, attirant l’attention et les critiques de divers horizons.

Biden et ses principaux conseillers ont présenté les prochains engagements du président comme faisant partie d’un effort de campagne visant à démontrer aux électeurs, aux donateurs et aux militants que sa performance lors du débat n’était qu’une « mauvaise soirée ». Ammar Moussa, porte-parole de la campagne de Biden, a reproché aux médias de se concentrer sur les faux pas verbaux du président.