La montée incessante de l’extrême droite française

La montée incessante de l’extrême droite française

Assis à la terrasse d’un café, Daniel, un entrepreneur en bâtiment à la retraite de 60 ans, hésite à parler de la façon dont il votera lors des prochaines élections législatives anticipées à enjeux élevés en France.

Mais l’habitant de Châteauroux, petite ville du centre du pays, a beaucoup de colère à exprimer contre Emmanuel Macron. Il estime que le président est suffisant comme les élites parisiennes, qu’il n’a pas fait grand-chose pour freiner la hausse de la criminalité et que sa décision d’augmenter l’âge de la retraite de deux ans est injuste.

Les partis traditionnels de gauche et de droite pour lesquels Daniel a voté dans le passé ont déçu, c’est pourquoi il envisage de voter en premier pour le Rassemblement National d’extrême droite de Marine Le Pen.

“Je ne dis pas que je voterai définitivement pour le RN, mais ils ont des choses intéressantes à dire”, dit-il, comme la nécessité de réprimer l’immigration. Il n’est pas rebuté par les racines historiques du parti dans le fascisme, symbolisées par son fondateur aujourd’hui âgé de 95 ans, Jean-Marie Le Pen, qui comparait autrefois les chambres à gaz nazies à un « détail de l’histoire ».

“Ce n’est plus le parti de Jean-Marie Le Pen”, déclare Daniel, qui a demandé à ne pas utiliser son nom de famille, “et c’est malhonnête de continuer à prétendre que c’est le cas”.

Les électeurs de toute la France sont confrontés à un choix similaire : sont-ils prêts à introduire le RN nationaliste et populiste, autrefois relégué en marge de la politique, au cœur du gouvernement ?

La réponse viendra dans un peu plus de trois semaines, au terme d’une campagne éclair déclenchée par l’appel choc de Macron à des élections législatives anticipées après avoir été battu par le RN aux élections européennes du 9 juin.

Le résultat du scrutin anticipé du 30 juin et du second tour du 7 juillet dépendra en grande partie de la question de savoir si les électeurs percevront le RN d’aujourd’hui – celui que Marine Le Pen a passé plus d’une décennie à transformer en une force plus fluide et plus professionnelle – comme à la hauteur de la tâche.

Les tendances électorales dans la région du Berry, dans le centre de la France, où vit Daniel, montrent comment le RN fait des percées dans de nouveaux domaines et segments d’électeurs. Il s’agit de conquérir une partie de la France que les universitaires ont appelée « la diagonale du vide » en raison de son dépeuplement, du manque de liaisons ferroviaires à grande vitesse et de la faiblesse de son économie.

À environ 250 kilomètres au sud de Paris, le Berry est composé des départements de l’Indre et du Cher et abrite le cœur de la culture du blé de la France, de petits villages et les villes de Châteauroux et Bourges. Le soutien au RN a augmenté à deux chiffres lors des élections européennes de ce mois-ci par rapport à il y a cinq ans.

Marine Le Pen et Jordan Bardella du Rassemblement National
Le Pen et Bardella du Rassemblement National lors d’un événement de campagne ce mois-ci. Bardella, expert en médias sociaux, a contribué à renforcer l’attrait du parti © Stéphane De Sakutin/AFP/Getty Images

Un sondage d’Elabe montre que le RN est en passe de remporter une nouvelle grande victoire avec 31 pour cent des intentions de vote aux nouvelles élections législatives, devant une nouvelle coalition de gauche avec 28 pour cent et loin devant l’alliance centriste de Macron avec 18 pour cent.

Surtout, un pacte d’unité conclu jeudi par quatre partis de gauche signifie que le parti de Macron risque d’être évincé de nombreux tours de scrutin, laissant ainsi place à des compétitions à double sens entre la gauche et l’extrême droite.

Les sondages suggèrent que le parti de Le Pen pourrait remporter suffisamment de sièges pour prétendre au poste de Premier ministre – et pourrait même obtenir une majorité absolue. Cela contraindrait Macron à adopter un gouvernement de partage du pouvoir inconfortable avec le charismatique chef du parti RN, Jordan Bardella, âgé de 28 ans, comme Premier ministre.

Une victoire du RN serait un moment sismique dans l’histoire moderne de la France : l’extrême droite n’a jamais été au pouvoir, sauf sous l’ère de Vichy, après l’occupation partielle du pays par l’Allemagne en 1940. Compte tenu de l’euroscepticisme de Le Pen et de sa volonté de reprendre le pouvoir à Bruxelles. , cela pourrait avoir des répercussions importantes sur les relations de la France avec l’UE et son partenaire le plus proche, l’Allemagne.

Obtenir le poste de Premier ministre donnerait au parti de Le Pen une chance de mettre en œuvre son programme de réduction de l’immigration, de réductions d’impôts qui aggraveraient un déficit déjà important laissé par Macron et des idées radicales pour exempter la France des règles du marché unique de l’UE.

Jean-Marie et Marine Le Pen
Jean-Marie et Marine Le Pen. Le fondateur de l’actuel RN a été exclu du parti dans le cadre de la volonté de sa fille de détoxifier sa marque et d’en faire une force électorale. © Bernard Patrick/ABACA via Reuters

Pascal Perrineau, universitaire et auteur qui étudie l’extrême droite française depuis des décennies, affirme qu’il ne peut plus exclure l’idée que les électeurs soient prêts à voir le RN diriger le gouvernement.

« Il y a seulement quelques années, j’aurais dit que leur victoire était hautement improbable », dit-il. “Maintenant, je vois que c’est possible et même probable.”


Le pari de Macron, c’est que le pays clignera des yeux et Le Pen ne parviendra pas à obtenir une majorité absolue. Cette semaine, il a utilisé des arguments bien rodés qu’il a utilisés avec succès pour battre Le Pen et son parti au fil des ans : l’extrême droite est trop incompétente pour gouverner, elle ruinerait l’économie, diviserait la société par le racisme et l’antisémitisme et menacerait l’économie. règle de loi.

“J’entends la colère, message reçu”, a-t-il déclaré, faisant allusion aux votes de protestation alimentés par la frustration pour le RN. Mais « qu’arriverait-il à vos retraites ? Ils ne pourraient plus les payer. Qu’arriverait-il à vos prêts hypothécaires ?

« Si le RN arrivait au pouvoir, qu’arriverait-il à nos valeurs ou à nos concitoyens d’origines diverses ? . . . Telles sont les questions (qui vous sont posées) aujourd’hui.

Le Pen considère les arguments de Macron comme alarmistes. Avec Bardella à ses côtés, elle insiste sur le fait qu’ils sont prêts à gouverner.

Des syndicalistes de la CFDT ont manifesté à Nice l'année dernière dans le cadre d'une protestation contre les réformes du système de retraite en France mises en œuvre par le gouvernement Macron.
Des syndicalistes de la CFDT ont manifesté à Nice l’année dernière dans le cadre d’une protestation contre les réformes du système de retraite en France, menées par le gouvernement Macron. © Hache Valéry/AFP/Getty Images

Bardella, expert en médias sociaux, a joué un rôle clé dans l’expansion de l’attrait du RN auprès de ceux qui se méfient historiquement du parti – les retraités, les cols blancs et les femmes – qui ont tous voté pour le parti aux élections européennes à des niveaux plus élevés qu’auparavant.

“Les gens ici soutiennent le RN et ils adorent Bardella, ils pensent qu’il va leur donner la lune et un chèque à chacun”, raconte un restaurateur de Châteauroux, qui a requis l’anonymat.

Le duo Le Pen-Bardella se moque des critiques de Macron à l’égard de leur politique économique en soulignant que son gouvernement a fait gonfler les déficits. Sur les questions brûlantes de l’intimité du RN avec la Russie et de son passé antisémite, Le Pen a cherché à les désamorcer en déclarant rapidement son soutien à l’Ukraine en 2022 et en soutenant la communauté juive de France après l’attaque du Hamas en Israël le 7 octobre.

Kévin Pfeffer, député de Moselle et trésorier du RN, affirme que la victoire est à sa portée et qu’une majorité absolue est « atteignable », faisant de Le Pen l’un des favoris pour l’élection présidentielle de 2027.

« La mission de Marine Le Pen a été de prendre chaque critique formulée contre le RN et de les démonter méthodiquement une à une », dit-il. « Les Français sont prêts. Ils nous envoient le signal qu’ils veulent nous tester.


Dans le Berry comme ailleurs, les résultats du vote RN ont été aidés par les longs efforts de Le Pen pour « détoxifier » le mouvement que son père a fondé en 1972 sous le nom de Front National, qui comprenait des personnalités qui ont soutenu le gouvernement collaborationniste nazi de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lorsqu’elle a pris le pouvoir en 2011, elle a expulsé les éléments les plus radicaux du parti, dont son père, et l’a rebaptisé Rassemblement National. Tout en gardant son ADN fondamental de protection de l’identité française, Le Pen s’est concentrée sur les questions du coût de la vie et du sort des travailleurs à faible revenu.

Le vote RN dans l’Indre a bondi à 40 pour cent aux élections européennes, soit une hausse de 26 points de pourcentage par rapport au dernier vote de 2019, tandis que le soutien à Macron a augmenté de 4 points de pourcentage.

À Saint-Benoît-du-Sault, historiquement de gauche, les scores de Le Pen ont également augmenté régulièrement au cours de la dernière décennie. Cette année, le pittoresque village médiéval rempli de bacs à fleurs — 550 habitants — a vu fermer sa dernière boulangerie et sa boucherie. La fermeture d’une usine locale d’ustensiles de cuisine en 2019 a été un autre coup dur.

Le Pen s’est présentée comme la championne de ces lieux – ce qu’elle appelle la « France oubliée » – loin de la richesse, du pouvoir et du cachet culturel de Paris et de sa population d’électeurs aisés de Macron.

Damien Barré, le jeune maire de gauche de Saint-Benoît-du-Sault, est déterminé à lutter contre le sentiment de déclin de la population en luttant pour conserver les commerces et les services. Ses projets comprennent l’aménagement paysager, la restauration de bâtiments et la programmation culturelle. L’année dernière, il s’est même lancé dans une quête pour trouver un bouc qui pourrait s’accoupler avec le troupeau vieillissant du village.

Bien que le sentiment d’être laissé pour compte soit un moteur puissant du vote RN, dit-il, son attrait est désormais plus large que cela.

Damien Barré
Damien Barré, maire de gauche de Saint-Benoît-du-Sault, où le soutien au RN n’a cessé de croître au cours de la dernière décennie. Il dit qu’il se bat pour endiguer le sentiment de déclin des gens © Adrienne Klasa/FT

«On nous dit depuis une décennie que voter pour le RN, c’est un vote de contestation, c’est un vote de ras-le-bol, mais en réalité, depuis que Marine Le Pen a pris les rênes du parti, c’est un vote de soutien. Les gens vous diront : ‘Je soutiens leur programme, c’est pour cela que je vote pour eux’ », dit Barré.

Bien que majoritairement ruraux, les électeurs de l’Indre et du Cher s’inquiètent également de la criminalité et de l’immigration, principaux moteurs du vote RN. Le projet du gouvernement de construire un centre d’hébergement pour demandeurs d’asile dans un village près de Saint-Benoît-du-Sault a divisé l’opinion et déclenché des protestations.

À Châteauroux, les habitants sont hantés par l’agression à l’arme blanche de Matisse Marchais, 15 ans, en avril. Alors que deux personnes d’origine afghane ont été mises en examen pour ce crime, le chef du parti RN Bardella a déclaré que Matisse était « victime d’une immigration incontrôlée qui amène des prédateurs à nos portes ».

Au niveau national, la sociologie du vote RN évolue également.

Aux élections européennes, 34 pour cent des sexagénaires ont voté RN, selon une analyse Ipsos, contre 23 pour cent en 2019. Ils ont même surpassé l’alliance de Macron parmi les retraités, une cohorte longtemps fidèle au président et qui compte pour un tiers des électeurs.

“Il n’y a plus une tranche de la population ni un coin du pays qui soit interdit au RN”, estime Brice Teinturier, sondeur Ipsos. «Ils sont devenus un parti fourre-tout.»

La nouvelle force du RN en cols blancs est visible à Bourges, ville de 66 000 habitants dans le Cher.

Saint-Benoît-du-Sault
Le Pen s’est présentée comme une championne de lieux comme Saint-Benoit-du-Sault, un village pittoresque qui a été confronté ces dernières années au déclin de sa population et à la fermeture d’entreprises. © Ed Buziak/Alay

Après une période de déclin industriel, Bourges a bénéficié ces dernières années d’un essor économique en tant que plaque tournante des entreprises de défense bénéficiant de la guerre en Ukraine. Le plus grand employeur privé, le groupe de missiles MBDA, embauche du personnel pour construire une deuxième usine, et le fabricant de munitions Nexter est également en expansion.

Yann Galut, le maire de gauche, se dit « choqué » par la hausse de 8 points de pourcentage du soutien au RN, ce qui n’était pas aussi important que dans les zones rurales voisines, mais significatif dans une ville historiquement modérée.

Il craint que l’extrême droite puisse bientôt remporter pour la première fois les trois sièges de Cher à l’Assemblée législative. Utilisant un terme français désignant le désir des électeurs de chasser la classe politique du pouvoir, il affirme qu’il existe « un cocktail explosif de dégagisme et une haine profonde envers Emmanuel Macron.»

Il ajoute : « Je ne crois pas que le RN ait la capacité de diriger le pays et je déteste leur politique qui joue sur les peurs. Pourtant, ils sont au bord du pouvoir.