La Suisse procède à une deuxième réduction de ses taux d’intérêt alors que les principales économies divergent

La Suisse procède à une deuxième réduction de ses taux d’intérêt alors que les principales économies divergent

Une vue du siège de la Banque nationale suisse (BNS), avant une conférence de presse à Zurich, en Suisse, le 21 mars 2024.

Denis Balibouse | Reuters

La Banque nationale suisse a abaissé jeudi son taux d’intérêt directeur de 25 points de base à 1,25%, poursuivant ainsi ses réductions à un moment où le sentiment concernant l’assouplissement de la politique monétaire reste mitigé parmi les grandes économies.

Les deux tiers des économistes interrogés par Reuters anticipé la BNS se prononcerait en faveur d’une baisse de 25 points de base à 1,25%.

Le franc suisse s’est affaibli à la suite de cette annonce, le L’euro gagne 0,3% et le Le dollar américain en hausse de 0,5% contre la monnaie suisse à 8h55, heure de Londres.

Suite à la décision de jeudi, la Banque centrale suisse a fixé sa prévision conditionnelle d’inflation à 1,3% pour 2024, 1,1% pour 2025 et 1,0% pour 2026. Les chiffres supposent un taux d’intérêt de la BNS de 1,25% sur la période de prévision.

L’inflation du pays stagné à 1,4% en mai après une hausse en avril et devrait atteindre en moyenne le même niveau sur l’ensemble de l’année 2024, selon les dernières projections de la BNS.

La banque suisse a déclaré qu’elle s’attend désormais à une croissance économique d’environ 1% cette année et d’environ 1,5% en 2025, anticipant de légères augmentations du chômage et de légères baisses de l’utilisation des capacités de production.

“A moyen terme, l’activité économique devrait s’améliorer progressivement, soutenue par une demande étrangère un peu plus forte”, a indiqué la BNS.

Dans une note du 14 juin, les analystes de Nomura ont qualifié une baisse probable de « décision finement équilibrée » et ont signalé que « la dynamique de l’inflation sous-jacente est restée faible, ce qui est susceptible d’accroître la confiance de la BNS dans la convergence de l’inflation vers le point médian de son niveau. objectif d’inflation. »

La Suisse a déjà, et de loin, le deuxième taux d’intérêt le plus bas des démocraties du Groupe des Dix, derrière le Japon. Elle est devenue la première grande économie à réduire ses taux d’intérêt fin mars et a été suivie au début du mois par la Banque centrale européenne. Les questions se multiplient désormais quant à savoir si elle procédera à une troisième baisse de taux cette année.

Les prévisions d’inflation de la BNS “suggèrent qu’il y a encore des restrictions à éliminer cette année, et pour moi, c’est un signal fort qu’une nouvelle baisse des taux aura lieu en septembre”, a déclaré Kyle Chapman, analyste des marchés des changes chez Ballinger Group. “Je m’attends à ce que la BNS procède à une troisième réduction au prochain trimestre, et il est possible qu’elle en fasse une quatrième en décembre si la conviction du niveau restrictif de la politique monétaire reste forte.”

Il a signalé que ces perspectives laissent le franc suisse dans une “position vulnérable”.

Mais la Réserve fédérale américaine n’a pas encore cillé, et les acteurs du marché suivront plus tard dans la séance de jeudi pour voir si la Banque d’Angleterre franchit le pas de la réduction, après que l’inflation britannique soit revenue à l’objectif de 2% pour la première fois en près de trois ans. années.