Le protégé de Khamenei, seul modéré au coude à coude

Le protégé de Khamenei, seul modéré au coude à coude

Un citoyen est vu devant les affiches des candidats pour la 14e élection présidentielle dans les rues avant l’élection présidentielle anticipée à Téhéran, en Iran, le 27 juin 2024.

Anadolu | Anadolu | Getty Images

Un modéré discret et un protégé du guide suprême iranien sont au coude à coude dans le décompte des voix lors d’élections présidentielles anticipées marquées par l’apathie des électeurs face aux difficultés économiques et aux restrictions sociales.

Plus de 14 millions de voix ont été comptées jusqu’à présent depuis le vote de vendredi, parmi lesquels le seul candidat modéré Massoud Pezeshkian a remporté plus de 5,9 millions de voix et son challenger pur et dur, l’ancien négociateur nucléaire Saeed Jalili, plus de 5,5 millions, selon les résultats provisoires du ministère de l’Intérieur.

Certains initiés ont déclaré que le taux de participation était d’environ 40 %, inférieur aux attentes des dirigeants religieux iraniens, tandis que des témoins ont déclaré à Reuters que les bureaux de vote à Téhéran et dans d’autres villes n’étaient pas bondés.

L’agence de presse iranienne Tasnim a déclaré qu’un second tour d’élection était “très probable” pour choisir le prochain président après la mort d’Ebrahim Raisi dans un accident d’hélicoptère le mois dernier.

Si aucun candidat n’obtient au moins 50 % plus une voix sur tous les bulletins de vote exprimés, y compris les votes blancs, un second tour entre les deux premiers candidats a lieu le premier vendredi après la proclamation du résultat.

L’élection coïncide avec une escalade des tensions régionales en raison de la guerre entre Israël et ses alliés iraniens, le Hamas à Gaza et le Hezbollah au Liban, ainsi qu’une pression occidentale accrue sur l’Iran en raison de l’avancement rapide de son programme nucléaire.

Même s’il est peu probable que l’élection entraîne un changement majeur dans la politique de la République islamique, son résultat pourrait influencer la succession de l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême iranien âgé de 85 ans, au pouvoir depuis 1989.

L’establishment religieux cherchait à obtenir une forte participation pour compenser une crise de légitimité alimentée par le mécontentement du public face aux difficultés économiques et aux restrictions imposées aux libertés politiques et sociales.

On ne s’attend pas à ce que le prochain président inaugure un changement majeur de politique concernant le programme nucléaire de l’Iran ou le soutien aux milices à travers le Moyen-Orient, puisque Khamenei donne tous les ordres sur les principales questions d’État.

Les partisans de Saeed Jalili, candidat à l’élection présidentielle du 28 juin, scandent des slogans lors de son meeting de campagne à Téhéran, en Iran, le lundi 24 juin 2024. Jalili fait partie des six candidats approuvés pour l’élection du 28 juin pour remplacer le président Ebrahim Raisi, décédé dans un accident d’hélicoptère.

Majid Saeedi | Actualités Getty Images | Getty Images

Cependant, le président dirige le gouvernement au quotidien et peut influencer le ton de la politique étrangère et intérieure de l’Iran.

Les opinions de Pezeshkian contrastent avec celles de Jalili, prônant la détente avec l’Occident, la réforme économique, la libéralisation sociale et le pluralisme politique.

Fervent anti-occidental, la victoire de Jalili signalerait la possibilité d’un tournant encore plus antagoniste dans la politique étrangère et intérieure de la République islamique, selon les analystes.

Choix limités

L’élection s’est déroulée entre un groupe étroitement contrôlé de trois candidats radicaux et d’un modéré discret, fidèle au Guide suprême. Un organisme de surveillance de la ligne dure n’a approuvé que six candidats sur un total initial de 80 et deux candidats radicaux ont ensuite abandonné.

“Sur la base de rapports non confirmés, il est très probable que l’élection se dirige vers un second tour… Jalili et Pezeshkian s’affronteront lors d’un second tour”, a rapporté Tasnim.

Les critiques de l’establishment religieux affirment que le faible taux de participation de ces dernières années montre que la légitimité du système s’est érodée. Le taux de participation était de 48 % à l’élection présidentielle de 2021 et un taux record de 41 % des personnes ayant voté lors des élections législatives de mars.

Tous les candidats se sont engagés à relancer une économie en déclin, en proie à une mauvaise gestion, à la corruption de l’État et aux sanctions réimposées depuis 2018, après que les États-Unis ont abandonné le pacte nucléaire de Téhéran.

“Je pense que Jalili est le seul candidat qui a soulevé la question de la justice, de la lutte contre la corruption et de la valorisation des pauvres. (…) Plus important encore, il ne lie pas la politique étrangère de l’Iran à l’accord nucléaire”, a déclaré Farzan, -ancien artiste de la ville de Karaj.

Des électeurs divisés

Pezeshkian, fidèle au régime théocratique de l’Iran, est soutenu par la faction réformiste qui a été largement marginalisée en Iran ces dernières années.

“Nous respecterons la loi sur le hijab, mais il ne devrait jamais y avoir de comportement intrusif ou inhumain envers les femmes”, a déclaré Pezeshkian après avoir voté.

Un homme fait un geste en brandissant un petit drapeau électoral lors d’un rassemblement électoral pour le candidat réformateur Massoud Pezeshkian au stade Afrasiabi de Téhéran le 23 juin 2024, avant la prochaine élection présidentielle iranienne.

Atta Kenaré | Afp | Getty Images

Il faisait référence à la mort de Mahsa Amini, une jeune femme kurde, en 2022, alors qu’elle était en garde à vue pour des raisons de moralité, pour avoir prétendument violé le code vestimentaire islamique obligatoire.

Les troubles déclenchés par la mort d’Amini se sont transformés en la plus grande manifestation d’opposition aux dirigeants religieux iraniens depuis des années.

Pezeshkian a tenté de raviver l’enthousiasme des électeurs réformistes, qui ont largement boudé les urnes ces quatre dernières années en raison de la jeunesse de la population qui s’irrite des restrictions politiques et sociales. Il pourrait également profiter de l’échec de ses rivaux à consolider le vote des partisans de la ligne dure.

Au cours des dernières semaines, les Iraniens ont largement utilisé le hashtag #ElectionCircus sur X, certains militants au pays et à l’étranger appelant au boycott, affirmant qu’une forte participation ne servirait qu’à légitimer la République islamique.