Les choix difficiles de Keir Starmer

Les choix difficiles de Keir Starmer

Débloquez gratuitement l’Editor’s Digest

Sir Keir Starmer a obtenu une large majorité parlementaire grâce à un soutien étonnamment faible. Le parti travailliste n’a recueilli que 34 % des voix. L’évolution du soutien aux conservateurs depuis leur grande victoire en 2019 souligne également l’extrême inconstance de l’électorat.

Ce qui est peut-être le plus inquiétant, c’est un nouveau rapport, Une politique endommagée ? Selon une étude du Centre national de recherche sociale, « la confiance dans les gouvernements est à son plus bas niveau ». Les détails sont inquiétants : « 45 % des personnes interrogées ne feraient presque jamais confiance aux gouvernements britanniques, quel que soit leur parti, pour placer les besoins de la nation au-dessus des intérêts de leur propre parti politique » ; « 58 % ne feraient presque jamais confiance aux politiciens britanniques, quel que soit leur parti, pour dire la vérité lorsqu’ils se trouvent dans une situation difficile » ; et 71 % pensent que l’économie est en moins bonne santé à cause du Brexit, la politique phare du gouvernement conservateur.

Le défi du Parti travailliste n’est pas seulement de bien gouverner, mais aussi de restaurer la confiance dans ce domaine. S’il ne parvient pas à faire les deux, il y a de fortes chances pour qu’il soit balayé du pouvoir la prochaine fois. Lorsque la confiance dans les politiques respectables et conventionnelles s’effondre, une grande partie de l’électorat accepte les promesses de démagogues mensongers. Pourtant, les dangers de cette forme de politique ont été parfaitement révélés par le sort du dernier gouvernement.

Ainsi, restreindre les échanges avec le voisin le plus proche et le plus grand marché du Royaume-Uni n’aurait jamais pu le rendre plus riche. Un article récent intéressant, «Monter de niveau en descendant de niveauL’auteur arrive à trois conclusions qui donnent à réfléchir : premièrement, les pertes de production globales dues au Brexit (par rapport à un scénario contrefactuel synthétique) représentent au moins 5 points de pourcentage du PIB ; deuxièmement, le Brexit a effectivement réduit les inégalités régionales, mais en « nivelant vers le bas » – c’est-à-dire en portant préjudice – aux régions prospères plus qu’aux régions moins prospères ; et, troisièmement, le soutien aux partis populistes de droite a augmenté dans les régions qui ont subi des pertes de production liées au Brexit. Ainsi, les pertes causées par les mensonges populistes peuvent profiter aux politiciens qui les prônent.

Graphique à colonnes des perceptions du bon fonctionnement de la démocratie en Grande-Bretagne (%) montrant que la proportion de personnes qui pensent que la démocratie fonctionne mal a augmenté

Mais cela n’a pas aidé les conservateurs, car ils ne peuvent pas jouer la carte populiste aussi bien que Nigel Farage. Ils ont également besoin du soutien de personnes qui attendent d’un parti au pouvoir qu’il fasse preuve de décence, de sobriété, de sérieux, de fiabilité et de compétence.

C’est maintenant au tour de Starmer. La grande question est de savoir s’il pourra restaurer la confiance en obtenant des résultats, seule méthode susceptible de fonctionner à long terme. Il a accédé au pouvoir non seulement en raison des échecs évidents du gouvernement précédent, mais aussi en raison des résultats exceptionnellement médiocres de l’économie depuis la crise financière de 2007-2009, suivie des pertes causées par le Brexit, la pandémie et la « crise du coût de la vie ». Les conservateurs n’avaient aucune réponse à la première et ont été brutalement battus par les trois dernières.

Le défi lancé à Starmer et à sa chancelière Rachel Reeves est assez simple : il a promis d’améliorer les choses tout en ne changeant que très peu de choses. Cette prudence était manifestement excessive et rendra désormais la gouvernance beaucoup plus difficile.

L’un des problèmes immédiats causés par cette prudence est la nécessité d’améliorer les services publics, en particulier le système de santé publique et les collectivités locales. Comment y parvenir dans une économie au ralenti sans emprunter davantage ou lever des impôts supplémentaires dérisoires ? Certes, le parti travailliste pourrait avoir de la chance. Peut-être que la disparition de tous les chocs récents et l’apparition d’un gouvernement stable suffiront à relancer la croissance. Mais que se passera-t-il si ce n’est pas le cas ?

Graphique à colonnes de l'impact perçu de la sortie de l'UE sur l'économie (%) montrant que la grande majorité est désormais mécontente des résultats économiques du Brexit

Mon collègue Robert Shrimsley a fait valoir que ce pourrait être la dernière chance pour le « centrisme » au Royaume-Uni. Ou bien, ce pourrait être la dernière chance pour tout gouvernement qui s’efforce d’obtenir des résultats, plutôt que de se contenter de canaliser la colère. Ce gouvernement doit alors réellement obtenir ces résultats.

Comme l’a souligné Andy Haldane, ancien économiste en chef de la Banque d’Angleterre, les pays européens devront prendre des mesures audacieuses. Je pense notamment à un rapprochement plus marqué avec l’UE, à une libéralisation radicale de la planification, à un assouplissement des réglementations, à un soutien à l’innovation, à une décentralisation du pouvoir, à une réforme de la fiscalité, à un renforcement du système de retraite, à la mise en place d’un apprentissage tout au long de la vie, à une rationalisation de l’immigration et à une amélioration de l’efficacité des services publics et de l’administration. Ils devront également augmenter les impôts, notamment en réformant la fiscalité foncière et en remplaçant les taxes sur les carburants par une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre.

Le problème est que rien de tout cela ne sera facile et que certaines de ces promesses ont été écartées à l’avance. Mais ne pas tenir ses promesses ne ferait qu’aggraver le manque de confiance dont ils ont hérité. C’est le piège que les échecs passés et les promesses du Parti travailliste ont créé. Il est d’une importance capitale que Starmer trouve une solution pour en sortir.

martin.wolf@ft.com

Suivez Martin Wolf avec monFT et sur Twitter