Mazagon Dock en pourparlers avancés avec la marine indienne pour un accord de sous-marins de Rs 35 000 cr

Mazagon Dock en pourparlers avancés avec la marine indienne pour un accord de sous-marins de Rs 35 000 cr

L’entreprise publique Mazagaon Dockyard serait en discussions avancées pour un éventuel accord de Rs 35 000 crore avec la marine indienne.

Selon un article paru dans The Economic Times, l’accord vise à renforcer la force sous-marine de l’Inde en acquérant des sous-marins supplémentaires de classe Kalvari (Scorpène) pour la marine. Trois sous-marins supplémentaires de classe Kalvari sont en cours de négociations. Ces sous-marins seront plus grands que leurs prédécesseurs, indique le rapport, et équipés de fonctionnalités modernes. Ils pourront également voyager plus loin que leurs prédécesseurs, qui peuvent déjà voyager jusqu’en Australie, grâce aux nouvelles technologies en matière de propulsion.

Pendant ce temps, les actions de Mazagon Dock Shipbuilders s’échangeaient en hausse de 3,48 pour cent à Rs 4 030 lors des échanges de lundi. À ce prix, le chiffre d’affaires au comptoir s’est élevé à Rs 67,66 avec une capitalisation boursière (m-cap) de Rs 81 684,45 crore.

Mazagon a soumis une offre technico-commerciale détaillée pour le contrat au ministère de la Défense, ajoute le rapport. Les nouveaux sous-marins auraient au moins 60 % de contenu local, dont une grande partie serait destinée aux fournisseurs indiens de sous-marins et au secteur des MPME.

Bien que cela reste à déterminer, l’accord pourrait être évalué à environ Rs 35 000 crore, indique le rapport, ajoutant des sources. L’accord devrait en outre créer près de 5 000 emplois.

MDL devrait bénéficier d’un transfert de technologie important qui permettrait aux futurs sous-marins de cette classe d’être entièrement conçus, développés et fabriqués localement.

Mazagon construit actuellement la classe de sous-marins Kalvari dans le cadre du projet 75 avec l’aide de la France. Le sixième et dernier devrait être livré d’ici la fin de l’année. Les sous-marins supplémentaires, propose-t-il, pourraient être livrés d’ici 6 ans.