Peter Thiel déclare : « Si vous me mettez une arme sur la tempe, je voterai pour Trump »

Peter Thiel déclare : « Si vous me mettez une arme sur la tempe, je voterai pour Trump »

Le président élu de l’époque, Donald Trump, serre la main de Peter Thiel lors d’une réunion avec des dirigeants technologiques à la Trump Tower, le 14 décembre 2016 à New York.

Getty Images

Peter Thiel, autrefois l’un des principaux bailleurs de fonds de Donald Trump dans l’industrie technologique, a déclaré jeudi que même s’il ne fournit pas d’argent à la campagne du candidat présumé républicain cette fois-ci, il voterait pour lui plutôt que pour le président Joe Biden.

« Si vous me mettez un pistolet sur la tempe, je voterai pour Trump », a déclaré Thiel lors d’une interview sur scène au festival Aspen Ideas. « Je ne donnerai pas d’argent à son super PAC. »

Thiel a fait don de 1,25 million de dollars à la campagne de Trump en 2016, à une époque où la grande majorité de l’argent de la technologie allait à sa rivale démocrate Hillary Clinton. Thiel, surtout connu pour avoir parié tôt sur Facebook et pour avoir co-fondé Palantira également pris la parole à la Convention nationale républicaine cette année-là et, après l’élection, a aidé à organiser une réunion entre Trump et les hauts dirigeants d’Amazon, Apple, Google, Tesla et plusieurs autres géants de la technologie.

Cependant, Thiel s’est plus tard découragé de Trump et dit l’année dernière qu’il ne financerait aucun homme politique lors de la campagne présidentielle de 2024. C’est après avoir dépensé 32 millions de dollars pour des candidats républicains aux élections de mi-mandat de 2022, avec des résultats mitigés.

Dans l’Ohio, le candidat républicain JD Vance, choisi par Trump, a défendu un siège détenu par le parti républicain face au représentant démocrate Tim Ryan. Mais en Arizona, le républicain Blake Masters a échoué dans sa tentative de détrôner le sénateur démocrate Mark Kelly.

MONTRE: La technologie au service de Trump

La technologie au service de Trump : les investisseurs de la Silicon Valley se retournent contre Biden