saison des résultats : les commentaires de la direction donnent le ton pour l’informatique ; doute sur les sociétés de gaz urbain : Dipan Mehta

saison des résultats : les commentaires de la direction donnent le ton pour l’informatique ; doute sur les sociétés de gaz urbain : Dipan Mehta
Dipan MehtaDirecteur, Actions Elixirdit la question que tout le monde dans la rue va poser aux entreprises informatiques est de savoir quelle est l’ampleur de cette opportunité en matière d’IA. Est-ce une réalité ? Est-ce que cela va se traduire par des taux de croissance à deux chiffres pour les entreprises informatiques au cours des quatre à cinq prochaines années ? Si nous obtenons une réponse positive de ce côté-là, alors l’informatique occupera une position de leader. Les premiers résultats donneront immédiatement le ton pour l’ensemble du secteur.

Toute la magie de Maruti s’est également répandue hier dans l’ensemble du pack automobile. Mais selon vous, quel gain matériel supplémentaire Maruti peut-elle tirer de cette immatriculation à prix réduit pour les voitures hybrides ?
Présentation Mehta : Il ne s’agit pas seulement d’un avantage matériel réel qui peut ou non se produire, mais aussi d’un signal envoyé aux autres États, qui leur indique qu’ils peuvent mettre en œuvre cette mesure pour réduire la pollution et encourager l’utilisation de véhicules plus propres, ce qui a renforcé le sentiment chez Maruti. Si d’autres États suivent également l’exemple, Maruti aura certainement un avantage phénoménal sur ses concurrents, car les meilleures voitures hybrides, les plus populaires, sont celles que produit Maruti. Je pense que c’est un signal clair que c’est la façon dont le gouvernement pense au niveau des États, peut-être même au niveau central, et cela pourrait être très positif pour Maruti. C’est la raison pour laquelle l’action a augmenté, car dans l’ensemble, les chiffres publiés pour le mois de juin étaient plutôt tièdes et ce trimestre également, nous n’avons pas de grandes attentes en termes de croissance du chiffre d’affaires ou du résultat net pour Maruti, car le secteur automobile traverse une période de faiblesse.

Accédez à l’excellence en leadership avec une gamme de cours CXO

Offrir des études collégiales Cours Site web
Institut Supérieur d’Immigration de Lucknow Programme de directeur des opérations Visite
École indienne de commerce Directeur de la technologie de l’ISB Visite
Institut Supérieur d’Immigration de Lucknow Programme de direction générale Visite

Que pensez-vous de certaines actions comme IGL, Gujarat Gas, etc., alors que des sources indiquent qu’une sorte de rationalisation fiscale pourrait bientôt intervenir ? Dans quelle mesure cela pourrait-il stimuler les sociétés de distribution de gaz urbain ?
Présentation Mehta : Le gouvernement veut encourager de plus en plus l’utilisation du gaz de ville pour les secteurs industriel et résidentiel. Mais le gros problème avec les compagnies de gaz de ville, c’est qu’il y a trois ou quatre ans, les transports allaient être un moteur de croissance important pour elles, en particulier les transports publics, car beaucoup de taxis, les Ola, les Uber et les bus allaient passer au GNC. Puis nous avons assisté à une montée en flèche de l’électrification. Aujourd’hui, les transports publics, que ce soit par l’intermédiaire d’Ola, d’Uber, des taxis ou même des bus, sont de plus en plus électrifiés – les véhicules électriques en soi – et cela réduit la demande à long terme de gaz canalisé. Dans l’ensemble, c’est un gros point négatif. En fin de compte, ces entreprises sont un peu comme les services publics et les taux de croissance ne vont pas être aussi spectaculaires à l’avenir. De plus, certaines des entreprises qui cherchaient à augmenter leurs taux de croissance en s’implantant sur de nouveaux territoires n’ont pas réussi. Des entreprises comme Gujarat Gas, qui ont conquis de nouveaux territoires, ces taux de croissance n’ont pas non plus été atteints. Je ne suis donc pas très optimiste à propos des compagnies de gaz de ville. Il ne fait aucun doute qu’elles sont bon marché. Elles sont disponibles à un ratio cours/bénéfice raisonnable et offrent un bon rendement en dividendes. Ainsi, sur des marchés comme celui-ci, lorsque vous recherchez de bonnes actions PE bon marché, elles répondent certainement aux critères. Mais je suis très méfiant quant à la croissance future.

Quels sont vos prévisions à l’approche de la saison des résultats ? L’IT va donner le coup d’envoi de la saison des résultats. Quels sont vos prévisions en termes de chiffres ?
Présentation Mehta : Ce sera la même vieille histoire que nous avons vue au cours des deux ou trois derniers trimestres, des bénéfices stagnants ou légèrement inférieurs, qui a été prise en compte. Mais plus important encore, c’est toujours le commentaire de la direction, comment envisage-t-elle la croissance à venir et avec l’économie américaine, quel est leur type d’évaluation qu’une fois que les taux d’intérêt commenceront à baisser là-bas, cela stimulera-t-il la demande discrétionnaire de services technologiques ?

La question la plus importante que tout le monde se pose aux entreprises informatiques est de savoir quelle est l’ampleur de cette opportunité offerte par l’IA. Est-ce une réalité ? Est-ce que cela va se traduire par des taux de croissance à deux chiffres pour les entreprises informatiques au cours des quatre à cinq prochaines années ? C’est la grande question. Et si nous obtenons une réponse positive de ce côté-là, je pense que l’informatique occupera une position de leader. Les premiers résultats donneront immédiatement le ton pour l’ensemble du secteur.

Vous avez deux nouvelles annonces aujourd’hui. Emcure Pharma a été évoqué et l’autre est Bansal Wire. Y a-t-il d’autres journaux auxquels vous êtes abonné, en plus de ces deux annonces qui sont également prévues pour aujourd’hui ?
Présentation Mehta : Non, je ne participe pas aux introductions en bourse car elles sont généralement très chères par rapport à leurs homologues cotées en bourse. J’ai remarqué que les entreprises ont tendance à faire des introductions en bourse, puis, pendant les deux ou trois trimestres suivants, les chiffres ne sont pas au rendez-vous. Ils sont toujours décevants. Je veux attendre un an après la fin des introductions en bourse pour évaluer le véritable potentiel de l’entreprise, la qualité de la direction, la qualité de la communication d’informations et également la valorisation.