Von der Leyen emprunte un chemin étroit vers un deuxième mandat

Von der Leyen emprunte un chemin étroit vers un deuxième mandat

Ursula von der Leyen est devenue présidente de la Commission européenne il y a cinq ans avec une très faible majorité parlementaire de seulement neuf voix.

Obtenir un second mandat pourrait s’avérer encore plus difficile, dépendant de choix inconfortables et d’accords en coulisses qui devront composer avec le virage à droite de l’UE lors des élections de dimanche.

Alors que son groupe parlementaire de centre-droit, le Parti populaire européen, a remporté les élections et obtenu 189 sièges sur les 720 sièges de l’Assemblée, les autres alliés centristes de von der Leyen ont connu des résultats pires, tandis que l’extrême droite a bondi d’un cinquième à près d’un quart des sièges.

“Elle a des options, ce qui est mieux que de se tourner uniquement vers l’extrême droite”, a déclaré Nathalie Tocci, directrice de l’Istituto Affari Internazionali. “Mais cela ne veut pas dire qu’il sera facile de choisir quelle option fonctionnera.”

Pour un deuxième mandat de cinq ans à la tête de la Commission européenne, la fonction la plus puissante de Bruxelles, von der Leyen a besoin à la fois du soutien des 27 dirigeants de l’UE et d’une majorité du Parlement nouvellement élu. Ce dernier point est depuis longtemps une préoccupation majeure.

Outre le PPE, les deux autres groupes qui l’ont soutenue en 2019 – les Socialistes et Démocrates de centre-gauche et le parti libéral Renew – devraient remporter 407 sièges au total.

Une majorité de 48 sièges lui donne une marge de manœuvre plus étroite par rapport à 2019, où les trois groupes auraient dû obtenir ensemble une majorité de 68 voix. Mais comme de nombreux législateurs ont voté contre elle et que le scrutin est secret, elle a été adoptée avec seulement neuf voix.

Lors d’un vote attendu le 18 juillet, les analystes s’attendent à ce que von der Leyen perde jusqu’à 15 % de cette coalition, ce qui la laisserait en deçà de la majorité dont elle a besoin.

Cela signifie qu’elle et son équipe devraient tendre la main à d’autres partis, ont déclaré des responsables, notamment les conservateurs et réformistes européens d’extrême droite, dirigés par la Première ministre italienne Giorgia Meloni, et les Verts.

Mais le danger est qu’en élargissant sa coalition, elle risque de perdre des voix de l’autre côté de l’échiquier politique. Le chancelier allemand Olaf Scholz, social-démocrate, a mis en garde contre un pacte avec Meloni – tout comme le parti de Macron.

Bas Eickhout, l’un des deux principaux candidats des Verts à l’élection, a déclaré qu’il était en contact avec von der Leyen mais qu’aucune négociation formelle n’avait commencé.

« J’ai toujours eu du mal à comprendre exactement comment fonctionnerait une coalition avec ECR », a-t-il déclaré. “J’ai toujours pensé que la seule coalition démocratique fiable et stable possible était celle des Verts.”

“Vous ne seriez pas surpris de savoir combien de conversations ont eu lieu entre le PPE et les Verts ces dernières semaines”, a déclaré une personne informée des discussions.

Rechercher le soutien des Verts la mettrait dans une position compliquée étant donné son retrait d’une série de lois sur le climat ces derniers mois pour repousser les protestations des agriculteurs et des partis de droite. Adopter Meloni impliquerait probablement une position plus dure sur la migration qui pourrait aliéner ses partisans libéraux.

Ursula von der Leyen s'entretient avec Giorgia Meloni
Ursula von der Leyen avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni © Omar La Havane/AP

Von der Leyen passera les deux prochaines semaines dans une série de réunions avec les dirigeants nationaux de l’UE, notamment lors d’un conclave du PPE lundi, du sommet des dirigeants du G7 en Italie qui débute jeudi et du sommet pour la paix en Ukraine en Suisse le week-end prochain.

Elle sollicitera à la fois leur soutien personnel lors d’un sommet européen le 27 juin et celui de leurs partis au Parlement.

“Elle doit convaincre les 27 (dirigeants) à la fois de sa vision pour les cinq prochaines années et, tout aussi important, d’être convaincue qu’elle a les chiffres au Parlement”, a déclaré un diplomate européen impliqué dans les préparatifs du sommet de fin 2017. Juin. « Ce serait un désastre pour eux de soutenir quelqu’un qui est rejeté par les députés européens. Elle ne peut donc pas aborder la question comme deux processus distincts. Ils courent en tandem.

Le discours de Von der Leyen sera triple : elle est la seule candidate disponible capable de gagner le soutien des dirigeants et de négocier un accord pour obtenir une majorité au Parlement ; qu’elle a dirigé l’UE à travers la double crise du Covid-19 et de l’invasion russe de l’Ukraine ; et qu’il serait insensé de changer de direction au milieu d’une guerre en Europe et avec le retour potentiel de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

« Nous avons gagné les élections européennes. Nous sommes de loin le parti le plus fort. Nous sommes le point d’ancrage de la stabilité et les électeurs ont reconnu notre leadership », a déclaré dimanche soir von der Leyen aux fidèles du parti sous les acclamations de « cinq ans supplémentaires ».

Elle s’est dite « confiante » dans sa capacité à remporter un second mandat et a indiqué qu’elle entamerait lundi les négociations avec les groupes S&D et Renew, « en s’appuyant sur une relation constructive et éprouvée ». Interrogée sur les partenaires de la coalition, elle s’est dite ouverte aux discussions avec « ceux qui sont pro-européens, pro-Ukraine et pro-État de droit ».

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán arrive pour voter pour les élections au Parlement européen dans un bureau de vote à Budapest, en Hongrie, le 9 juin.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, un fervent critique de von der Leyen © Attila Kisbenedek/AFP/Getty Images

Parmi les législateurs qui l’ont soutenue en 2019 figuraient des députés européens du parti ultraconservateur Droit et Justice polonais et du parti d’extrême droite hongrois Fidesz, le parti du Premier ministre Viktor Orbán, un fervent critique de von der Leyen.

Les responsables du PPE ont exprimé dimanche leur confiance dans sa victoire pour un second mandat.

« Aucune alternative n’est discutée au sein du parti. Et il y a une pluralité de dirigeants du PPE autour de la table du sommet. Elle n’a donc rien à craindre là-bas », a déclaré un haut responsable de la commission proche de von der Leyen. « La question posée au Parlement est donc la suivante : si vous comptez tirer sur un otage, avez-vous un plan pour la suite ? Parce que s’ils ne le font pas, ils votent pour le chaos.»

Jusqu’à présent, seuls les dirigeants des partis PPE et S&D ont ouvertement déclaré qu’ils soutiendraient von der Leyen.

« En fin de compte, les parlementaires sont essentiellement des enfants armés », a déclaré un haut diplomate européen. « Alors, vraiment, qui sait ? »