Vous envisagez de sélectionner des portefeuilles gagnants ? Les performances passées ne sont pas la seule voie à suivre !

Vous envisagez de sélectionner des portefeuilles gagnants ?  Les performances passées ne sont pas la seule voie à suivre !
Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les marchés indiens ont connu une augmentation du nombre de jeunes investisseurs autonomes qui aiment constituer leurs propres portefeuilles avec des actions, des fonds communs de placement et plus encore. Bien que cela puisse être gratifiant, se concentrer sur des facteurs isolés peut entraîner des erreurs coûteuses, voire l’abandon du marché. Ce guide mettra en évidence les principales erreurs à éviter et présentera un cadre en 4 étapes pour sélectionner des portefeuilles qui correspondent à vos objectifs et à votre tolérance au risque. Les résultats parlent d’eux-mêmes lorsque des décisions éclairées sont basées sur un cadre solide.

Les performances passées ne sont pas la seule voie à suivre !

tous les investisseurs choisissent les fonds communs de placement en les triant selon les rendements les plus élevés et en sélectionnant les 2 ou 3 meilleurs. Cependant, sélectionner les fonds les plus performants sur la seule base des performances passées peut être décevant. Explorons pourquoi cette stratégie est imparfaite.

Pourquoi la période de base est importante

Une erreur courante que commettent les investisseurs est de se concentrer sur les rendements passés sans tenir compte de la période de référence. La période de base est le point de départ du calcul des rendements. Comme indiqué, deux portefeuilles (A et B) lancés à des moments différents peuvent avoir des rendements très différents malgré des stratégies similaires.

1ETMarkets.com

Le portefeuille A, lancé en mars 2020 lors d’un krach boursier, affiche des rendements supérieurs à ceux du portefeuille B, lancé en décembre 2019 avant le krach. Cette disparité est due à la faible période de base du portefeuille A, et non à son caractère intrinsèquement meilleur.

Rendements élevés ≠ risque faible

De nombreux investisseurs évaluent le risque en fonction des rendements passés, mais le risque et le rendement sont corrélés positivement, ce que l’on appelle le rapport risque-rendement. Les rendements historiques élevés s’accompagnent souvent d’un risque plus élevé et ne garantissent pas qu’ils perdurent. Par conséquent, les investisseurs doivent tenir compte à la fois des rendements et des facteurs de risque lors de l’évaluation des investissements.

Empêtré dans les préjugés ?

Il est essentiel de comprendre la relation risque-rendement, car elle peut être influencée par des biais émotionnels. Par exemple, si vous pensez que les rendements passés sont élevés, vous pourriez être tenté d’investir sans tenir compte des risques, ce qui peut conduire à une frénésie de FOMO. Cette peur de rater quelque chose peut vous amener à prendre des décisions impulsives et à suivre la foule, ce qui peut s’avérer coûteux. Méfiez-vous du biais de récence, qui consiste à trop vous concentrer sur les rendements récents et à ignorer les tendances à long terme. Ne vous laissez pas tromper par les succès récents. Méfiez-vous également du biais d’ancrage, qui consiste à baser vos choix d’investissement sur les rendements passés, en espérant qu’ils se maintiendront. N’oubliez pas que les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs et peuvent vous faire négliger d’autres facteurs et incertitudes critiques.

Un cadre en 4 étapes pour choisir le bon portefeuille

Voici un cadre pratique en 4 étapes pour vous guider dans le choix du bon portefeuille d’investissement.

1. Comprendre votre profil de risque

C’est la base de votre parcours d’investissement. Évaluez votre tolérance au risque en considérant :

  • Objectifs d’investissement : Épargnez-vous pour la retraite (à long terme) ou pour un acompte sur une maison (à court terme) ?
  • Horizon temporel : combien de temps pouvez-vous rester investi avant d’avoir besoin d’argent ?
  • Situation financière : combien pouvez-vous investir sans affecter votre stabilité financière ?
  • Réponse émotionnelle à la volatilité : Dans quelle mesure êtes-vous à l’aise avec les hauts et les bas du marché ?

Votre profil de risque détermine la bonne allocation d’actifs. Une inadéquation entre votre tolérance au risque et le niveau de risque de votre portefeuille peut coûter cher.

2. Alignez votre portefeuille avec votre thème d’investissement

Tenez compte du thème du portefeuille et assurez-vous qu’il correspond à vos objectifs au lieu d’investir dans un portefeuille car il offre les rendements les plus élevés.

3. Analyser la volatilité et les rendements ajustés au risque

En fonction de votre profil de risque, étudiez la volatilité du portefeuille et les rendements ajustés au risque. La volatilité mesure les fluctuations des prix, tandis que le rendement ajusté au risque montre les rendements par rapport au risque. Voici comment utiliser les rendements ajustés au risque lors de la sélection d’un portefeuille.

2ETMarkets.com

Dans le tableau, le portefeuille C affiche un TCAC sur 3 ans plus élevé que le portefeuille D, mais son rendement ajusté au risque est également plus élevé. Cela indique que le portefeuille C offre potentiellement de meilleurs rendements par unité de risque, ce qui pourrait mieux convenir aux investisseurs averses au risque.

Pour atténuer le biais de la période de base sur différents produits d’investissement, envisagez de les évaluer à l’aide de mesures telles que les rendements glissants, le drawdown maximal, le bêta, etc., sur une période cohérente.

4. Tenir compte de la transparence et des coûts

Avant de choisir un portefeuille, comprenez la structure des coûts et le niveau de transparence. Les frais cachés peuvent réduire considérablement vos rendements.

Transparence : recherchez des informations claires sur les frais, notamment :

  • Frais de gestion
  • Frais de transaction
  • Charges de sortie (le cas échéant)

Structure des coûts : Considérez un portefeuille dont les frais d’abonnement sont de ₹8 000 par an.

Dans le scénario 1, supposons qu’un investisseur décide d’investir 1 50 000 ₹ dans le portefeuille pour une période de 3 ans. L’investisseur devra également payer des frais de transaction spécifiques de 3 941 ₹ sur le montant investi.

Dans le scénario 2, l’investisseur décide d’investir 5 000 000 ₹ dans le portefeuille pour une durée de 3 ans. L’investisseur devra désormais payer des frais de transaction spécifiques de 10 759 ₹ sur le montant investi.

3ETMarkets.com

Comme le montre le tableau ci-dessus, les frais en pourcentage du montant de votre investissement deviennent considérablement faibles lorsque les montants d’investissement sont plus élevés. De ce fait, les rendements générés augmentent. Cela contraste avec les produits d’investissement qui sont facturés sur la base des actifs sous gestion. Là, les frais augmentent ou diminuent en fonction de votre actif sous gestion et n’ont aucune incidence sur le montant de votre investissement initial.

Évaluation d’un nouveau portefeuille

Lorsque vous évaluez un nouveau portefeuille d’investissement sans accès aux rendements passés, concentrez-vous sur des aspects critiques tels que le pedigree de l’équipe de direction, les risques potentiels, les frais et la structure du portefeuille.

Qu’en est-il des sous-performants ?

Si un portefeuille de votre mix sous-performe, restez calme et évaluez :

  • Analyser la cause : est-ce dû à une fluctuation temporaire du marché ou à un problème plus profond ?
  • Considérez votre horizon temporel : investir est à long terme ; les baisses à court terme peuvent avoir moins d’importance pour des objectifs comme la retraite.

Suivre ce cadre en 4 étapes vous aidera à sélectionner un portefeuille aligné sur votre tolérance au risque et vos objectifs financiers.

(L’auteur Naveen KR est responsable des petites affaires et directeur principal chez Windmill Capital. Les opinions sont propres)